Débat d’orientation budgétaire 2013: les écologistes exigeants et ambitieux!

Intervention lors du conseil d’Amiens métropole du 23 novembre 2012.

Le budget de l’agglomération qui se dessine pour 2013 n’est ni un budget particulièrement ambitieux ni un budget révolutionnaire. Sa structure n’évoluera pas fondamentalement par rapport à 2012. Nous faisons face aux mêmes masses budgétaires.

Bien entendu, Amiens métropole n’échappe pas aux traditionnelles augmentations liées au coût de la vie, à l’inflation et à des dépenses nouvelles contraintes relatives à la fonction publique territoriale. Nous pouvons également ajouter quelques surprises en matière de dépenses, mais j’y reviendrai.

Concernant les recettes, il serait illusoire de s’attendre à une augmentation des dotations de l’État. Nous nous sommes engagés à ne plus augmenter la fiscalité des ménages, qui est déjà très lourde. Ainsi, la fiscalité des entreprises est la seule à pouvoir augmenter en taux. Toutefois, nous estimons qu’il doit exister des contreparties. Car contrairement à une croyance bien ancrée, la fiscalité n’est pas l’élément central de l’implantation des entreprises sur un territoire. Lire la suite

Les élus se prononcent (enfin) en faveur d’un tramway à Amiens

Lors du conseil municipal d’Amiens du 15 novembre 2012, la majorité s’est prononcé en faveur du tramway comme mode de transport en commun en site propre (TCSP).

Après mûres réflexions, les écologistes ont opté pour le tramway, non pas par souci esthétique ou comme vecteur d’attractivité. Voici nos motivations : Lire la suite

Bientôt une décision concernant la ferme des 1000 vaches : on ne lâche rien!

Interrogé le 9 juillet 2012 par France Bleu Picardie, le préfet de la Somme a annoncé qu’il ne mettrait pas plusieurs semaines pour rendre sa décision sur un dossier qu’il juge “sensible” : l’implantation d’une ferme géante à côté d’Abbeville, la ferme des 1000 vaches. 

Se disant en lien étroit avec les cabinets du Premier ministre, du ministère de l’environnement et de l’agriculture, Michel Delpuech a rappelé que l’instruction avait déjà dépassé les délais recommandés par les textes. Souhaitant aboutir à “la meilleure décision possible”, le préfet a reconnu que l’exploitant et les riverains ne pouvaient rester plus longtemps dans l’insécurité juridique. Face promoteur du projet le groupe de BTP Ramery, face à une opposition d’ampleur des riverains, des écologistes, mais face à élus locaux très divisés, le préfet annonce qu’il souhaite combiner outils techniques et données juridiques. Ses services seraient “vigilants” quant aux “liens entre les capacités d’épandage et l’évolution du cheptel”.

Si je saisis bien, le préfet semble entrevoir la possibilité d’autoriser le projet en modifiant la taille du cheptel. Voilà de quoi inquiéter plus encore les nombreux opposants à l’usine à vaches, qui avaient manifesté dans les rues d’Amiens fin juin à l’appel de Novissen. Bien plus qu’une indignation face au gigantisme de la “ferme”, c’est surtout le modèle agricole qui révolte les opposants. José Bové y voit “un projet de cinglé pour produire de la merde“. Tout est dit.

Plus que jamais, le combat continue !

José Bové à la rencontre des opposants à la ferme des 1000 vaches

La bataille continue contre la ferme des 1000 vaches…

A l’invitation des candidats écologistes Frank Moncomble et Lyacout Haïcheur, le député européen José Bové ira à Abbeville mercredi 16 mai 2012 à la rencontre des opposants de l’usine à lait dite ferme des 1000 vaches.

Après l’avis favorable du CODERST et dans l’attente de la décision du préfet, Lyacout Haïcheur et Frank Moncomble ont souhaité convier José Bové, vice-président de la commission Agriculture et développement rural au Parlement européen, afin d’échanger sur le projet d’installation de cette exploitation hors-norme.

A l’opposé d’une agriculture respectueuse de l’environnement, pourvoyeuse d’emplois et productrice d’aliments de qualité à un prix justement rémunérateur pour les agriculteurs, cette usine à lait ne peut que susciter les plus grandes craintes… Lire la suite

L’Amiénoise, c’est aussi un éco-évènement !

Rien ne sert de courir si l’on vient en voiture à L’Amiénoise…

En 2012, la plus grande course féminine du nord de la France sera un éco-évènement soutenu par le conseil régional de Picardie et par l’ADEME.

Avec quelques 5 000 coureurs et 11 000 spectateurs l’an passé, les organisateurs de L’Amiénoise ont souhaité promouvoir les bonnes pratiques, plus respectueuses de l’environnement.

Saluons ces excellentes initiatives de l’équipe de L’Amiénoise : adieu la tonne de bouteille d’eau minérale ! La très bonne eau d’Amiens sera distribuée dans des gobelets biodégradables en amidon de maïs. Un parking vélo sécurisé, une plateforme de covoiturage et des bus sont mis à disposition le 26 mai prochain.

Les collègues élues écologistes d’Amiens, Karine Corne-Hiver, Lyacout Haïcheur, et moi-même, prendrons notre vélo !

Pensez à vous inscrire avant le 21 mai. Plus d’infos sur L’Amiénoise, ici.

Après le feu vert du CODERST de la Somme, la bataille continue contre la ferme des 1000 vaches

Le conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST) vient de rendre un avis favorable à l’installation de la ferme des 1000 vaches, non loin d’Abbeville.

Conformément à l’article L 1 416-1 du code de la santé publique, il s’agissait pour le CODERST d’examiner la demande d’autorisation présentée par la SCEA Côte de la justice – alias Ramery & Cie – en vue d’exploiter sur les communes de Drucat et de Buigny-Saint-Maclou puisque ce type d’installation est classé pour la protection de l’environnement. Et pour cause, avec un élevage de plus de mille vaches, d’un méthaniseur de 1,487 mégawatts alimenté à 72% par des entrants issus de l’élevage…

Le CODERST a auditionné le maire de Drucat, accompagné par le président et le secrétaire de l’association Novissen. Les membres du conseil ont examiné les modalités de gestion de l’exploitation, avec le souci de prévenir ses impacts potentiels en matière d’environnement (préservation des ressources en eau, insertion paysagère…), de garantir la maîtrise des risques sanitaires et de veiller à l’effectivité des mesures prévues pour limiter les nuisances olfactives et sonores.

Le CODERST s’est finalement prononcé avec, sur 24 membres présents, 20 avis favorables, 1 avis défavorable et 3 abstentions.

La décision finale est désormais entre les mains du préfet. Il faut plus que jamais se mobiliser contre ce nouveau scandale écologique dans la Somme !

— Plus d’infos sur le projet sur le blog et sur le site de Novissen

Semaine du développement durable : réunion d’information sur les risques majeurs

Dans le cadre de la semaine du développement durable, aura lieu le mercredi 4 avril une réunion publique d’information sur les risques majeurs. 

Souhaitant miser sur la citoyenneté en matière de sécurité, nous nous inscrivons pleinement dans la semaine du développement durable d’Amiens métropole, qui fête ses 10 ans, avec comme thème “l’information aux citoyens”.

Nous proposons ainsi une réunion d’information sur les risques majeurs. Ainsi, les habitants pourront mieux appréhender ce qu’est qu’un risque majeur, quels sont les risques majeurs présents sur le territoire de la ville d’Amiens, quels sont les moyens de prévention et de protection… Mercredi 4 avril, de 18h à 20h, salle Jean Cavaillès, place Dewailly, à Amiens. 

Depuis 2009, la municipalité organise régulièrement des réunions de quartier sur les risques majeurs et la sécurité, avec le soutien des comités de quartier.

Le programme de la semaine du développement durable d’Amiens métropole. 

Ferme des 1 000 vaches : un scandale écologique à deux pas d’Abbeville

Vous avez aimé les biocarburants, les OGM, le canal Seine-Nord Europe, vous aimerez la ferme des 1 000 vaches !

Sous couvert de bonnes intentions pseudo écologiques, le groupe de BTP Ramery souhaite construire sur les terres de Drucat et Buigny-St-Maclou le plus grand élevage industriel laitier de France avec 1 000 vaches laitières et 750 veaux.

Cette “exploitation” hors norme est l’œuvre de neuf associés, dont le célèbre Michel Ramery. Il s’agit d’un projet concentrationnaire avec en bout de chaîne une usine de méthanisation dont le biogaz doit produire de l’électricité. À la clé, quelques emplois, des risques pour les habitants et l’environnement, de l’épandage, de la dévalorisation patrimoniale et immobilière, le bien-être animal sacrifié…

L’enquête publique concernant cette installation classée pour la protection de l’environnement est close depuis octobre 2011. Au début réticents, les élus locaux ont été soudainement convaincus par un “voyage d’étude” en Allemagne…

La décision finale est désormais entre les mains des services de l’État.

Mobilisons-nous contre ce projet scandaleux en participant à la manifestation samedi 18 février 2012, à Abbeville, au départ du théâtre municipal.

Lire la suite

Canal Seine-Nord Europe : Nicolas Sarkozy vient en Picardie annoncer une gabegie

En lançant aujourd’hui le “dialogue compétitif” entre Bouygues et Vinci, le président de la République vient de faire un cadeau empoisonné à la Picardie et à la France : le pharaonique Canal Seine Nord, aux impressionnants pouvoirs magiques.

Plusieurs études ont montré que le projet de canal Seine-Nord n’est pas justifié d’un point de vue socio-économique. C’est uniquement la force de persuasion de Voies navigables de France avec coup de plusieurs dizaines de millions d’euros de lobbying déjà dépensés, qui permet d’emporter l’adhésion d’élus locaux à la recherche désespérée d’un espoir de développement économique, quitte à croire les charlatans…

Retour sur ce qui s’annonce comme un futur scandale environnementalo-financier.

Lire la suite