Des stages de citoyenneté à l’hôtel de ville d’Amiens

Hôtel de ville d'AmiensCet après-midi, j’accueillerai à l’hôtel de ville cinq jeunes effectuant un stage de citoyenneté. La ville d’Amiens se veut un partenaire incontournable du STEMOI (service territorial éducatif de milieu ouvert et d’insertion) de la protection judiciaire de la jeunesse qui supervise la mesure, en faveur de la réinsertion.

Aussi, nous accueillerons les  stagiaires, garçons âgés de 15 à 20 ans, pour une visite de la mairie avant un échange autour de la citoyenneté dans la salle du conseil municipal. Lire la suite

Prévention de la récidive : Amiens métropole soutient l’APREMIS

Le conseil d’agglomération du 5 juillet a adopté à l’unanimité une subvention du Conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance pour soutenir deux actions conduites par l’association APREMIS. Il s’agit de l’accompagnement de mineurs délinquants et de leur famille via les entretiens familiaux et les ateliers parentaux ; il s’agit également de soutenir l’atelier “temps de vie, d’échanges et de médiation” pour les personnes placées sous main de justice ou en placement extérieur.

Pour avoir assisté aux retours d’expérience de ces ateliers, cette délibération fut l’occasion de rappeler l’importance de ces actions menées par l’APREMIS avec le soutien des collectivités et de l’État, qui contribue fortement à la réinsertion des délinquants, indispensable à une action efficace en matière de sécurité.

Or, le placement extérieur des détenus au sein de l’association se trouve menacé à Amiens. Lire la suite

Le placement extérieur des détenus en danger à Amiens

En avril dernier, l’association APREMIS apprenait la baisse de plus de 47% les crédits du Service pénitentiaire d’insertion et de probation destinés au placement extérieur des détenus du département. Dès lors, l’association ne peut plus accepter de demandes de prise en charge formulées par les personnes condamnées ou par le SPIP.

Utile à la réinsertion et à la prévention de la récidive, cette mesure d’aménagement des peines de détention, accessible aux détenus ayant moins de 2 ans de détention à effectuer ou un an en cas de récidive légale, en fin de peine ou dès le début pour les peines inférieures à cette durée, est mise en œuvre par l’association A.P.R.E.S., puis l’APREMIS, depuis 1988 dans le cadre d’une convention signée avec l’Administration Pénitentiaire.

L’association APREMIS propose un accompagnement global aux détenus accueillis en placement extérieur : un hébergement, un accompagnement vers l’emploi, un accompagnement éducatif individuel, un accompagnement psychologique.

Les accueils émanant du département de la Somme, et financés sur le budget du S.P.I.P. de la Somme, représentant environ 80 % des accueils de l’association, une telle décision – dans un contexte budgétaire général très tendu pour notre association avec un déficit global 2011 important – oblige l’association à envisager l’arrêt de cette activité si la reprise des accueils ne peut pas être effective dès l’été 2012. Professionnels, Parquet, juges d’application des peines, municipalité se mobilisent pour que le ministère de la Justice révise leur copie.

Lire la suite

Amiens et L’îlot accueillent la ville d’Aubervilliers : échanges d’expérience autour de la réinsertion des ex-détenus

Aujourd’hui, j’ai eu le plaisir d’accueillir une délégation de la ville d’Aubervilliers autour de la réinsertion des personnes sortant de prison.

Il y a quelques semaines, le maire d’Aubervilliers me contactait pour en savoir plus sur  L’îlot, implanté à Amiens sur plusieurs sites. Jacques Salvator m’a alors fait part de la vive opposition des habitants de sa commune quant à un projet d’implantation par l’association d’un centre accueillant des ex-détenus. Comprenant les inquiétudes des futurs riverains, j’ai proposé à mon collègue d’accueillir une délégation à Amiens.

Albertivillariens, élus et techniciens de la commune ont pu échanger longuement avec les responsables de L’îlot, des policiers municipaux, des riverains du centre d’hébergement la Passerelle. Nous avons ensuite visité les ateliers d’insertion situés sur la zone d’activités de Montières. Nous avons achevé la matinée en déjeunant au restaurant d’insertion.

L’îlot est présent à Amiens depuis 1979. Aujourd’hui, l’association gère une centaine de salariés sur quatre sites : un foyer de vie et de stabilisation pour hommes (Augustins), un centre d’hébergement d’urgence (Passerelle), un centre d’hébergement et de réinsertion sociale pour familles et femmes seules (Thuillier) et des ateliers formation (Montières).

Lire la suite